Défi J-15 – Vivre en Écovillage

Habiter dans un écovillage

Habiter dans un éco-hameau ou écovillage ne signifie pas se mettre à l’écart de la société. Vivre dans ce type de structure signifie partager la philosophie des gens du lieu. C’est avant tout une agglomération rurale avec un p’tit plus de couleur verte. Le terme même d’écovillage est né lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro au Brésil en 1992.

La vie en écovillage

Choisir de vivre dans un éco-lieu, c’est être en accord avec les principes qui le régisse. Généralement, il est fondé par un groupe de personnes ayant en commun, des valeurs d’harmonie avec la nature, d’autosuffisance et de pratiques écologiques.
Il ne faut pas confondre la vie en écovillage avec le modèle des communautés des années 70. Si tous les membres habitent dans le même endroit, chacun à son logement indépendant.
Il y a certes des travaux qui peuvent se faire en commun comme le jardinage, la construction ou tout autres activités propres à intégrer les concepts communs. Du reste, il est plus juste de parler de permaculture que de maraîchage, d’éco-construction que de construction.

Les modèles d’écovillages

Avant d’intégrer l’écovillage, il est nécessaire d’en connaître les codes. Il y a autant de types d’écovillages qu’il y a de principes de vie. Quand bien même, vous partagez certains critères avec les gens qui y vivent, il est judicieux de se préparer au préalable. Chaque communauté a des chartes propres. Certaines sont végétariennes ou végétaliennes. D’autres sont spirituelles, d’autres encore peuvent être politiques. Pour rejoindre une communauté, il faut d’abord se renseigner sur son fonctionnement, voir si les valeurs du groupe correspondent aux vôtres Le dialogue et l’écoute dans le respect sont vitales.
En règle générale, des réunions collégiales permettent de débattre et s’exprimer. Il faut savoir prendre sur soi pour évaluer où se situe le bien commun. En effet, certains projets échouent faute de moyens de communication et de médiation. De plus en plus d’écovillages voient le jour en France ou en Europe et il est toujours possible de se joindre à des projets déjà existants voir ici ou .

Créer un écovillage

Une fois que vous avez rassemblé les membres et que votre « charte de vie commune » est établie, il vous faut trouver un lieu. Soit vous le créez de zéro en achetant un terrain et en construisant les habitations écologiques, soit vous reprenez un hameau et vous restaurez les bâtis existants
Plusieurs formules s’offrent à vous :
Fonder une association : Seules les associations déclarées peuvent être propriétaires. Une association est facile à mettre en place, en revanche elle ne protège pas bien en cas de problèmes.
La forme la moins contraignante est sûrement l’indivision. C’est-à-dire chaque membre du groupe est propriétaire du bien à hauteur de sa contribution financière, sans que la quote-part de chacun de soit matériellement identifiée. C’est un peu comme avoir des part dans une société.
Monter une SCI (société civile immobilière). Il n’y a pas d’habitation individuelle, pas de possession personnelle, toutes les habitations appartiennent à la société donc à tous les associés(ées) de la société.
L’emprunt est généralement plus facilement accordé par une banque avec la forme SCI que sous celle de l’association.

L’environnement

Il faut être conscient qu’en France, une éco-communauté n’a aucun fondement juridique. D’un point de vue légal, un éco-hameau est un groupement d’habitations individuelles. Pour que les habitants des villages voisins vous perçoivent sereinement, il est avantageux de créer du lien avec eux Quelles que soient vos aspirations communautaires, les règles du savoir vivre ensemble ne s’arrêtent pas à votre cercle. Du reste si dans vos préceptes de nouvelle société humaine, vous n’incluez pas l’ensemble des humains, revisitez les notions de société.

Dans tous les cas, vous devrez avoir des contacts avec la mairie ou communauté de commune, peut être même la DDE pour tous projets de bâtiments et autres aménagements.
Vivre en éco-lieu n’est pas synonyme d’autarcie. Si votre souhait profond est de participer à construire un monde meilleur, envisager de lui donner une jolie frimousse. L’envie de vous imiter, viendra probablement par votre démonstration du bien que cela procure.

Il y a d’autres solutions pour s’installer à la campagne ensemble regardez ici

À nous revoir

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager :)

Merci pour votre commentaire

%d blogueurs aiment cette page :